jump to navigation

Des jeux éducatifs efficaces 6 septembre 2010

Mis en ligne par pcol dans la catégorie : Education , 1 commentaire

Nous avons trouvé la semaine dernière un très intéressant billet sur le blog canadien  PédagoTIC. Titré « Des jeux éducatifs efficaces« , cet article présente les résultats des travaux de Louise Sauvé, professeure titulaire en technologie éducative à l’Université de Québec.

Selon PédagoTIC, les conclusions de Louise Sauvé rejoignent celles de Merrill (2001) ou de Gagné, Briggs et Leslie (1979) qui avaient déjà travaillé sur les grands principes du « design pédagogique ».

En résumé, les travaux de Louise Sauvé montrent que ce qui rend un jeu éducatif efficace, c’est principalement :

  1. la répétition : le jeu doit offrir une certaine répétition aléatoire des activités.
  2. le fractionnement des contenus : un jeu efficace doit équilibrer jeu et apprentissage. Les contenus couverts par le jeu doivent être clairement délimités et divisés.
  3. la rétroaction : les jeux éducatifs efficaces offrent une rétroaction rapide et précise quand à la navigation, à la justesse des décisions. Il faut aussi penser à la rétroaction motivationnelle.
  4. le renforcement : le jeu doit comporter des éléments qui renforcent les bonnes réponses et qui permettent à l’apprenant d’évaluer sa « performance ».

Plusieurs facteurs présents dans les jeux éducatifs contribuent aussi à motiver les apprenants, et influencent l’apprentissage :

  1. le défi et la compétition : on challenge les apprenants de différentes façons. Par exemple, on peut cacher l’information nécessaire à la réussite, ou diviser le jeu en paliers qui sont de plus en plus difficiles et qui forcent l’apprenant à s’améliorer.
  2. la participation active : l’action qui implique le sujet, plutôt que l’observation passive…
  3. le travail d’équipe : favoriser voire forcer l’entraide par des règles, des mécanismes de communication ou en rendant les épreuves très difficiles à réussir autrement.
  4. l’interaction : l’interactivité doit s’établir entre le joueur et les éléments du jeu (déplacement, déclenchement d’une vidéo, affichage d’une figure ou de consignes, par des activités variées). Il y a aussi l’interactivité relationnelle (entre les joueurs) que le jeu devrait soutenir et faciliter en rendant, par exemple, l’information facilement accessible.

Bien que l’équipe de Kizz TV comprenne des chercheurs spécialisés en sciences cognitives et apprentissage par le jeu, nous n’avions pas connaissance des travaux de Louise Sauvé, publiés récemment et donc postérieurement au lancement de Kizz TV il y a un an.

Pour autant, nous nous retrouvons pleinement dans ses observations, qui corroborent celles effectuées par nos partenaires pédagogiques et notamment les chercheurs du laboratoire ICAR du CNRS. Et c’est précisément pourquoi nous avons créé Kizz TV, un service nouveau et original qui vise à favoriser l’apprentissage par le jeu pour les enfants de maternelle. Kizz TV c’est des centaines de jeux éducatifs et dessins animés intelligents en accès illimité, avec un apprentissage pédagogique individualisé qui apporte aux parents des outils de suivi, le tout dans un environnement sécurisé et maitrisé.

Au fait, si vous connaissez des parents de jeunes enfants, n’hésitez pas à leur parler de Kizz TV !

En savoir plus :

Les smartphones et tablettes tactile, nouvelle révolution dans l’éducation ? 18 août 2010

Mis en ligne par pcol dans la catégorie : Usages , Ajouter un commentaire

Le site américain FastCompany a publié au printemps un article intéressant sur la prochaine révolution qui pourrait atteindre l’éducation et l’enseignement : l’utilisation de smartphones et tablettes tactiles. L’article débute par l’exemple de Gemma et Eliana Singer, qui vivent à New York. Ces 2 jeunes filles sont de grandes fan de l’iPhone, fans sur lequel elles aiment découvrir les derniers jeux, regarder des photos et des vidéos venant de YouTube. Mais elles n’utilisent pas leur propre iPhone car elles n’en possèdent pas : elles n’ont en effet que 3 ans et demi.  :-)

Gemma et Eliana Singer – photo Danielle Levitt

Sur l’iPhone de leur mère, elles ont appris l’alphabet avant 2 ans, et commencent à découvrir la lecture avec une application appelée « My First Words ». Très naturellement, via l’interface tactile, elles découvrent des chansons et comptines, apprennent à dessiner… Pour elles, l’iPhone est un jouet multifonctions vraiment très attrayant.

Gemma et Eliana appartiennent à une génération qui n’a pas connu le monde tel qu’il était au siècle dernier pour leurs parents, sans micro-ordinateurs, smartphones, réseaux Internet et 3G disponibles en permanence. Les enfants américains passent désormais plus de 7 heures par jour devant les médias, et, comme ils utilisent plusieurs écrans à la fois, ils absorbent en réalité l’équivalent de 11 heures de programmes. De plus en plus de ces activités se déroulent sur les smartphones.

Dans les années 60, la télévision qui pénétrait dans tous les foyers est rapidement devenue le support de nouveaux programmes éducatifs destinés aux enfants. De même les smartphones et tablettes tactiles pourraient, un demi-siècle plus tard, jouer eux aussi un rôle croissant dans l’éducation des enfants et l’enseignement qu’ils reçoivent, à l’école et en dehors. Ces outils présentent un double avantage : les enfants n’y sont pas passifs comme devant la télévision, et leur interface tactile est immédiatement maîtrisée par les enfants, même les plus jeunes, qui y développent leur motricité fine.

Du coup, aux USA, de nombreuses fondations ont lancé des programmes pilotes pour l’utilisation de smartphones ou tablettes tactiles dans les écoles maternelles et primaires. De leur côté, tous les fabricants d’électronique et informatique grand public réfléchissent à des appareils de poche pour l’enseignement.

Pour Kizz TV, nous avons délibérément fait le choix du multi-écran : c’est pourquoi Kizz TV est disponible aujourd’hui sur PC et Mac, sous Windows, MacOS et Linux, ainsi que sur Net TV, les TV connectées de Philips et Tabbee, la tablette tactile d’Orange. Et cette liste va s’étendre dans les prochains mois à de nouveaux terminaux, car de nombreuses tablettes tactiles, fonctionnant sous Windows ou Androïd, sont annoncées sur le marché français.

Dans nos choix technologiques, nous privilégions les solutions qui nous permettent de décliner sur le plus de terminaux possible une offre riche de jeux et dessins animés éducatifs pour les 3-6 ans, avec un système unique de progression individualisée. Parce que les enfants d’aujourd’hui vont spontanément vers le smartphone de papa ou la tablette tactile de maman, nous nous devons d’y apporter, sous une forme facilement accessible, un contenu ludo-éducatif de qualité !

Les acquis de maternelle influencent tout le parcours scolaire 9 août 2010

Mis en ligne par pcol dans la catégorie : Education , Ajouter un commentaire

Bruno Suchaut, directeur de l’Institut de Recherche sur l’Education (Irédu-CNRS), a publié en 2008 une étude titrée « Le rôle de l’école maternelle dans les apprentissages et la scolarité des élèves ». Il y démontre que la maternelle n’est absolument pas une simple garderie, ce que plus grand monde ne croit désormais, et que certains des apprentissages que l’on y fait sont tout à fait déterminants pour l’avenir des enfants.

Ainsi, pour Bruno Suchaut, « La fréquentation de l’école maternelle procure un avantage pour la suite de la scolarité, tant sur le plan des acquisitions, qu’en termes de carrière scolaire en réduisant la probabilité de redoubler une classe, et notamment le cours préparatoire. Les effets étant d’autant plus positifs que la scolarisation en maternelle a été longue ».

Dans son étude, le chercheur a identifié des compétences précises, acquises dans les classes d’école maternelle et qui sont déterminantes pour la suite du parcours scolaire des enfants : « Les compétences dans l’acquisition de la langue écrite, dans la structuration du temps et dans la construction du nombre à la fin de l’école maternelle déterminent les capacités attentionnelles des élèves à l’entrée au cycle III. Par ailleurs, ces capacités attentionnelles sont liées aux compétences en calcul mental qui elles-mêmes vont déterminer les futures acquisitions des élèves en numération et calcul à l’entrée au collège et, de façon indirecte, les compétences en compréhension. Ce dernier domaine étant central pour expliquer la réussite ou l’échec des élèves à l’entrée au collège… »

Selon le chercheur en sciences de l’éducation,  « Les analyses montrent que les élèves sont d’autant plus armés à l’entrée au collège s’ils ont développé des compétences élevées dans certains apprentissages à l’école maternelle. Les activités numériques et la structuration du temps sont des domaines particulièrement importants à travailler. Le recours à des activités systématiques et structurées qui génèrent des effets transversaux et durables sur les acquisitions des élèves ne signifie pas pour autant que le programme de l’école maternelle doit être calqué sur celui de l’école élémentaire. Des activités ludiques (jeux mathématiques) ou l’éducation musicale peuvent être considérés comme des vecteurs d’apprentissage particulièrement pertinents ».

Le schéma suivant  présente « les liaisons statistiques entre les différentes dimensions des acquis scolaires depuis l’entrée à l’école élémentaire jusqu’à l’accès au collège. Les liens entre les blocs de compétences, matérialisés  sur le graphique par les différentes flèches, mettent en évidence la dynamique des acquisitions au cours de l’école élémentaire.

Une première constatation est l’indépendance des compétences en culture technique et des concepts relatifs à l’espace.

[...]

Une seconde observation est l’interdépendance des compétences dans les différents domaines évalués au cours de la scolarité. On note ainsi que tous les blocs de compétences entretiennent des relations étroites qui vont au-delà des découpages disciplinaires traditionnels (français et mathématiques). Par exemple, les compétences en calcul mental en CE2 sont liées aux compétences en compréhension à l’entrée en 6ème ; de même, on relève une liaison entre les compétences en calcul numérique au CP et les capacités attentionnelles à l’entrée au CE2.

[...]

Une troisième observation, la plus fondamentale par rapport à notre questionnement, est l’émergence d’une structure temporelle des acquisitions des élèves pendant la totalité de l’école élémentaire. Les relations les plus fortes (flèches plus épaisses) mettent en effet en évidence des relations de dépendance entre certaines dimensions des acquis des élèves, ce qui  montre bien que le niveau de maîtrise de  certaines compétences dès la fin de l’école maternelle, influe sur la maîtrise d’autres compétences plusieurs années plus tard. On peut également formuler ce raisonnement selon une  autre logique, à savoir que les compétences clés à l’entrée au collège sont déterminées par la maîtrise de compétences antérieures. »

Kizz TV est destiné aux enfants de 3 à 6 ans, qui fréquentent l’école maternelle. C’est à la fois un outil pour les parents et, avec une démarche pédagogique élaborée par des spécialistesune activité ludique pour les enfants : avec Kizz TV, nous souhaitons simplement apporter un moyen supplémentaire pour favoriser le développement de l’enfant en lui permettant d’acquérir, à son rythme, les compétences qui fondent le socle de son parcours scolaire.

Les travaux intéressants de Serge Tisseron 12 avril 2010

Mis en ligne par pcol dans la catégorie : Education, Usages , 1 commentaire

Serge Tisseron est un psychiatre et psychanalyste assez souvent invité par les médias, où vous l’avez sans doute déjà vu ou entendu. Il a beaucoup travaillé sur l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC), et plus particulièrement leur impact sur notre vie quotidienne.

Il a notamment développé son point de vue, il y a un an , lors d’une conférence titrée « Quand les écrans créent une nouvelle culture… » dont vous pouvez lire un compte-rendu.

Nous partageons pleinement  l’avis de Serge Tisseron sur l’usage éducatif des TIC, qui apportent effectivement une nouvelle approche en matière d’enseignement, d’apprentissage, d’acquisition de compétences et de connaissances.

Apprentissage inductif ou enseignement déductif ?

Pour Serge Tisseron, avec les  TIC, la méthode d’apprentissage est inductive : l’enfant apprend de ses essais et erreurs. A l’école, la méthode d’enseignement est déductive : l’enfant formule des hypothèses. La différence est importante, car avec les TIC l’enfant n’apprend que s’il ose prendre des risques : il doit essayer pour parvenir au résultat. A l’école, au contraire, l’enfant cherche à éviter les risques, et tend à ne donner une réponse au professeur que quand il est sûr de lui. L’important est de faire comprendre aux enfants qu’il existe deux manières d’apprendre, qui sont complémentaires !

Les TIC permettent l’acquisition de connaissances, avec des logiciels et notamment des « serious games ». Mais ces outils sont encore peu développés en France par rapport à d’autres pays. Il semble que l’Education Nationale soit encore réticente vis-à-vis de ces logiciels, qui, comme on vient de le voir, sont en rupture avec les traditions d’enseignement.

A quel âge aborder l’ordinateur ?

En revanche, et cela ne vous surprendra pas, nous n’adhérons pas à la « règle des 3-6-9-12 » édictée par Serge Tisseron : selon cette préconisation, les enfants peuvent regarder la télévision à partir de 3 ans mais ne doivent pas se servir d’une console de jeu ou d’un ordinateur avant 6 ans. Or Kizz TV, avec ses jeux éducatifs et ses vidéos pour enfants, peut être considéré comme un outil hybride et nouveau, à la fois télévision et console de jeu… Kizz TV s’adresse précisément aux 3-6 ans, et leur plaît beaucoup !

Chez Kizz TV, nous considérons que les enfants de 3 ans et plus peuvent tout à fait aborder l’ordinateur, à condition d’y jouer intelligemment : les activités doivent être à la fois éducatives et ludiques, adaptées à l’âge de l’enfant et à son développement cognitif individuel, le jeu sur ordinateur doit se faire sous le contrôle des parents et pour une durée quotidienne et hebdomadaire modérée.

Pour aller plus loin, voici des liens concernant Serge Tisseron :

Apprendre à l’ère des nouvelles technologies