jump to navigation

Découvrir les langues étrangères à partir de 3 ans 17 novembre 2010

Mis en ligne par pcol dans la catégorie : Education , Ajouter un commentaire

Les enfants qui sont à l’âge de l’école maternelle peuvent commencer à découvrir une langue étrangère, notamment avec des vidéos pédagogiques spécialement conçues dans ce but.

Ainsi les vidéos de la série « Little Pim » sont reconnues pour leur apport pédagogique car, pour Marie-Frédérique Tanqueray, représentante de Little Pim pour l’Europe francophone, « les séquences Little Pim ont été créeés afin de profiter de cette période propice où l’enfant s’approprie une langue de manière intuitive, en l’écoutant. La méthode Little Pim associe sons, images et effets de répétition pour des enfants qui ne savent ni lire, ni écrire. L’objet ou l’action décrits dans chaque séquence est clairement identifiable, et tous les épisodes ont été conçus pour favoriser l’interaction parents-enfants, ce qui fait de Little Pim une méthode claire et efficace qui a remporté de très nombreux prix »

C’est pourquoi nous avons choisi d’intégrer à Kizz TV des séquences Little Pim qui permettent à l’enfant de s’initier à l’anglais, en complément des jeux éducatifs en anglais que nous apporte notre partenariat avec l’éditeur nord-américain Scholastic. Au-delà, nous prévoyons de pouvoir intégrer en 2011 la découverte de l’arabe et du chinois, pour répondre à la demande de familles issues de communautés qui souhaitent que leurs enfants gardent un lien avec leur culture d’origine.

Des études ont été menées, chez des enfants assez grands, déjà scolarisés, qui ont démontré que la télévision pouvait jouer un rôle éducatif, et notamment améliorer l’acquisition d’un vocabulaire riche dans leur langue maternelle.

Développer le vocabulaire par la vidéo ? Oui, mais pas chez les bébés.

Pour autant, la vidéo n’est pas toujours utile aux enfants pour l’acquisition du vocabulaire, et il apparaît que l’âge de l’enfant est un facteur essentiel.

Il y a quelques années, Disney a sorti une nouvelle gamme de produits, les DVD « Baby Einstein ». Destinés aux bébés, de 0 à 3 ans, ces DVD étaient censés favoriser l’acquisition par les tout petits du vocabulaire de base. Mais qu’en est-il vraiment ?


Des scientifiques se sont penchés sur la question, et une  étude a été menée aux USA par le Dr Judy S. DeLoache et son équipe du département de psychologie de l’Université de Virginie. Les résultats, publiés par la revue « Psychological Science »  dans un article  intitulé « Do Babies Learn From Baby Media? » sont clairs :  l’effet de ces DVD sur les enfants n’est pas avéré.

Pour mesurer l’effet éventuel de ces DVD, les chercheurs ont constitué un échantillon de 72 enfants de 12 à 18 mois, répartis en 4 groupes. Les enfants de certains groupes ont été amenés à visionner un des DVD de la série, dans lequel une voix présente et nomme des objets familiers se trouvant dans la maison. Aucun des enfants n’avait vu ce DVD préalablement à l’expérience. Après un mois, la mémoire des enfants a été testée pour mesurer leur niveau de connaissance des mots apparaissant dans la série.

Première observation : Les bébés qui avaient regardé le DVD, seuls ou avec leurs parents, ne savaient pas plus de mots que ceux qui n’avaient pas vu le DVD.

Seconde observation : Les parents qui ont apprécié le DVD ont jugé que leurs enfants en avaient retiré plus de choses que les parents qui ne l’avaient pas aimé. Alors qu’en réalité les chercheurs ont constaté que, dans les deux cas, les enfants avaient appris le même nombre de mots.

Selon les chercheurs, l’apprentissage du langage par les bébés se fait principalement par l’interaction avec leurs proches, et l’utilisation d’un programme qui les laisse passifs devant un écran n’apporte rien.

En conclusion

Il ressort de ces différentes études que tout est question de mesure : l’écran peut être utile, mais seulement à partir d’un certain âge : la plupart de spécialistes s’accordent à considérer qu’il apporte peu aux enfants de moins de 3 ans.

Il apparaît aussi que l’apport de l’écran est d’autant plus important que l’enfant s’implique, et donc que l’activité qui lui est proposée sur l’écran est interactive.
Enfin, les parents jouent évidement un rôle essentiel : en s’intéressant à ce que l’enfant a fait avec l’écran, en discutant avec lui des programmes qu’il a regardés et des jeux auxquels il a joués, en apportant à leur enfant des explications complémentaires, du vocabulaire supplémentaire, ils accroissent l’effet pédagogique des écrans.

C’est pour cela que les fondateurs de Kizz TV, eux-même parents de jeunes enfants, ont conçu un système qui implique les parents : Kizz TV leur apporte des outils pour contrôler le temps de jeu de leur enfant, suivre précisément ce qu’il  fait et visualiser ses progrès selon une douzaines d’aptitudes qui sont développées à l’école maternelle.

Apprendre à écrire 28 décembre 2009

Mis en ligne par klund dans la catégorie : Education , 2 commentaires

Ecrire

L’écriture s’apprend en même temps que la lecture.  Sur un ordinateur, l’enfant peut commencer à « taper » les lettres qui composent son prénom, puis le prénom de ses proches.

L’exercice d’apprentissage de l’écriture pourra, ensuite, passer par la saisie de mots simples ou de noms d’objets issus de son environnement proche (table, stylo, gomme, jouets…).

L’écriture se développe progressivement entre 3 et 6 ans :

MOT-CLES : Graphèmes, clavier, mots, lecture, empan visuel, lettres

En savoir plus :

Apprendre à lire 17 décembre 2009

Mis en ligne par klund dans la catégorie : Education , 3 commentaires

Lire

La lecture peut commencer très tôt, par des activités simples : reconnaissance d’une lettre,  puis d’un groupe de lettres, reconnaissance de son prénom, de son nom, d’un mot, d’un groupe de mots et d’une phrase.

Tous les supports issus de son environnement proche (affiches, couvertures de livres, panneaux…) sont autant d’occasions pour l’enfant de s’exercer à la lecture.

L’apprentissage de la lecture se fait graduellement entre 3 et 6 ans :

MOT-CLES : graphèmes, prononciation, syllabes, empan visuel, association

Empan visuel : la capacité de lecture est associée à la capacité de mémorisation des mots, qui s’évalue au moyen d’un indicateur appelé empan visuel. A l’origine, le mot « empan » désigne la largeur de votre main ouverte, entre les extrémités du petit doigt et du pouce. Ce terme est également employé par les psychologues et linguistes avec la notion d’empan visuel : c’est le nombre de mots que l’œil peut lire en une seule fixation visuelle, c’est-à-dire entre deux pauses dans la lecture d’une ligne. Il est, en moyenne et pour un adulte de 7, avec une variation de plus ou moins 2.

Ainsi un enfant  qui aurait un empan visuel de 4 mots est censé retenir environ 80% d’une phrase  de 5 mots, et moins de 60% d’une phrase de 7 mots.

En savoir plus :